L’héritage de Rammellzee

Sotheby’s va vendre l’estate (la succession) du pionnier du hip-hop et graffeur Rammellzee
La maison de vente aux enchères recrute des marchands et des conservateurs pour promouvoir l’héritage du polymathe qui aurait maudit sa collection

Exhibition view of Rammellzee: Racing For Thunder at Red Bull Arts New York, showing the artist’s Garbage Gods

Techno-poète, futuriste gothique, graffeur, rappeur, philosophe ou… une équation ? Telles sont les descriptions diverses et excentriques de Rammellzee, une figure culte de la scène hip-hop new-yorkaise décédée en 2010 à l’âge de 49 ans.

Sotheby’s, la plus conventionnelle des entreprises d’art, a été chargée de promouvoir et de vendre l’estate artistique du polymathe.

Environ la moitié des œuvres actuellement exposées au Red Bull Arts sur le travail de Rammellzee ont été prêtées par Sotheby’s. Mais cet automne, pour coïncider avec la Frieze Art Fair en octobre, la maison de vente aux enchères espère séduire les collectionneurs britanniques, en proposant plusieurs pièces dans une exposition au Lazinc, la galerie Mayfair de Steve Lazarides, agent de Banksy.

Selon Lazarides, il s’agira de la première grande exposition de Rammellzee au Royaume-Uni, elle comprendra environ cinq œuvres proposées par Sotheby’s aux côtés de pièces prêtées par des collectionneurs européens privés. Les prix varient de 30 000 £ pour un petit travail sur carte à 350 000 £ pour des sculptures à grande échelle en résine époxy (les problèmes de santé de Rammellzee ont été causés en partie par une exposition prolongée à ces matériaux toxiques).

Tout comme sa vie et son art, le mystère entoure l’estate de Rammellzee. Des sources proches de l’artiste disent qu’il l’aurait maudit avant de mourir, avertissant les gardiens de ne pas le disperser. Sa veuve, Carmela Zagari, a été la première à s’en charger, travaillant avec la concessionnaire new-yorkais Suzanne Geiss, mais en octobre 2012, Zagari est décédée dans un étrange accident domestique, lorsqu’une étagère serait tombée sur elle. L’estate de Rammellzee a ensuite été cédé à la sœur de Zagari, cette dernière l’a confiée à Sotheby’s il y a environ un an. La plupart des pièces ont été stockées sans exposition pendant des années.

«Lorsque nous nous sommes lancés dans le projet [Red Bull Arts], l’estate de Rammellzee était un vrai désordre», explique Carlo McCormick, un conservateur indépendant qui a organisé l’évènement avec Max Wolf. «C’est une pente vraiment conflictuelle lorsque les maisons de vente aux enchères entrent dans le patrimoine artistique, mais pour Sotheby’s cela a été plus facile. Avec les ressources de Red Bull, nous savions qu’ on aurait un spectacle qui allait faire exploser les esprits. »

Le patrimoine se compose en grande partie de pièces créées au cours des 15 dernières années de Rammellzee, un «vrai régal pour les yeux», selon McCormick. Durant cette période, Rammellzee était devenu de plus en plus reclus, quittant à peine la Battle Station, le légendaire loft Tribeca qui était son atelier, mais également «l’œuvre de sa vie», comme le décrit McCormick.

C’est là qu’il a produit ses Garbage Gods, des costumes faits à la main du style samouraï, qu’il portait parfois en public, ainsi que les Letter Racers, des sculptures ressemblant à des vaisseaux spatiaux suspendues au plafond en formation de bataille, chacune représentant une lettre de l’alphabet. «Il était en train de créer cet univers afro-futuriste visionnaire, mais c’était un travail personnel qui n’était pas destiné à la vente » explique McCormick. Sotheby’s a refusé de commenter la valeur de la succession.

Rammellzee a commencé le writing à la fin des années 1970 en marquant le train A de Far Rockaway, dans le Queens, où il a grandi. Mais il s’agit d’une courte période de sa carrière. Toujours précoce, le jeune artiste a rapidement développé des théories radicales sur le graffiti et le langage comme système de domination afin de se libérer. Sa source d’inspiration improbable ? Les moines médiévaux, dont le lettrage est devenu tellement orné, qu’il était incompréhensible pour les évêques qui finiront par l’interdire.

Malgré sa résistance radicale et le code culturel des graffeurs de ne pas vendre leur art, Rammellzee avait des ambitions de réussir commercialement. Au cours des années 1980, il s’est constitué une clientèle fidèle pour ses peintures et ses sculptures, qui perdure jusqu’à sa mort. L’architecte français Alain-Dominique Gallizia était le plus actif en Europe, collectionnant une cinquantaine de tableaux, qu’il évalue à plusieurs millions d’euros au total. “Un très beau Rammell vaut aujourd’hui entre 100 000 et 500 000 €”.

Rammellzee et le collectionneur Alain-Dominique Gallizia

Aux États-Unis, les premiers supporters de Rammellzee étaient le marchand d’art, Larry Gagosian et James Jebbia, le fondateur de la marque de streetwear Supreme. En 1985, le marchand d’art, Heiner Friedrich, fondateur de la Dia Art Foundation, achète la totalité de l’exposition de Rammellzee à la Gallozzi LaPlaca Gallery, selon Jane Rankin-Reid, directrice de la galerie à l’époque.

Rammellzee a rencontré Jean-Michel Basquiat vers 1980 et ils sont devenus à la fois des amis et des concurrents féroces. «Ils avaient cette drôle d’amitié», explique Seth Tillett, scénographe et ami proche de Rammellzee. «Jean-Michel a explosé si vite. Les graffeurs marquaient la ville, s’appropriaient l’espace pour revendiquer leur existence, alors que Basquiat visait à être Picasso. » Basquiat a produit le disque de rap le plus connu de Rammellzee, Beat Bop, il dessina également la pochette du single vinyle.

Sotheby’s commercialise Rammellzee comme étant le précurseur de Basquiat, alors que les deux ont été positionnés comme pairs et collaborateurs dans une exposition qui ouvrira au Museum of Fine Arts de Boston au printemps 2020. Tout le monde n’est pas d’accord avec la logique qu’avant Basquiat il y avait Rammellzee . «Je ne dirais pas que Rammellzee était le précurseur de Basquiat. SAMO [le collectif de graffiti formé par Basquiat avec Al Diaz] n’était pas considéré comme un écrivain. Basquiat était plus poétique, il était plus un dadaïste », d’après Tillett.

Sotheby’s a refusé de commenter davantage ses plans concernant l’estate de Rammellzee. Mais au cours d’une vidéo promotionnelle lorsqu’on demande à Sotheby’s dans quelle collection Rammellzee pourrait s’intégrer, Eric Shiner, vice-président senior de l’art contemporain chez Sotheby’s, répond : « Ce qui est beau avec l’art de Rammellzee, c’est qu’en raison de sa complexité et de son arrangement formel, il peut s’intégrer dans presque toutes les collections. Vous pouvez le mettre à côté d’un Twombly ou d’un Pollock… il y a cette brillante qualité gestuelle dans le travail. Tout comme vous pouvez le mettre dans n’importe quelle collection pop en termes de palette de couleurs. Vous pouvez le placer à côté d’un Cindy Sherman et jouer avec l’idée de la mascarade. »

Inévitablement, la vente du domaine suscite des controverses. Gallizia, qui affirme posséder une copie du testament de Rammellzee, explique que juste avant sa mort l’artiste a demandé au collectionneur “de continuer la lutte contre l’ordre établi de l’art contemporain”. Tillett, quant à lui, décrit Rammellzee comme étant un «artiste normal, vendable, investissable, bancable», c’est comme «essayer de presser un morceau de charbon dans une bague de fiançailles pour gagner beaucoup d’argent».

Cependant, il y a des rumeurs selon lesquels une partie des bénéfices de la succession sera acheminé vers une fondation établie aux noms de Zagari et Rammellzee. «Ce qui importait énormément à Rammellzee, c’était des programmes d’art pour les enfants des zones urbaines à risque», affirme McCormick. Quelle meilleure façon de canaliser l’esprit de Rammellzee et de garder le mythe vivant ?